Centre d’Élaboration de Matériaux et d’Etudes Structurales (UPR 8011)


Accueil > Actualités

Thèse Victor Boureau

Déformations introduites lors de la fabrication de transistors FDSOI : une contribution de l’holographie électronique en champ sombre.

Soutenance mardi 5 avril à 10h30
salle de conférences du CEMES

 

Composition du jury

 
- M. Olivier Thomas, professeur, IM2NP, Marseille (rapporteur).
- M. Philippe Vennéguès, ingénieur de recherche, CRHEA-CNRS, Nice (rapporteur).
- M. David Cooper, chercheur, CEA-LETI, Grenoble (examinateur).
- M. Jean-Michel Hartmann, directeur de recherche, CEA-LETI, Grenoble (examinateur).
- Mme Chantal Fontaine, directrice de recherche, LAAS-CNRS, Toulouse (examinatrice).
- M. Alain Claverie, directeur de recherche, CEMES-CNRS, Toulouse (directeur de thèse).
- M. Daniel Benoit, ingénieur-docteur, STMicroelectronics, Crolles (co-directeur de thèse).
- M. Martin Hÿtch, directeur de recherche, CEMES-CNRS, Toulouse (co-encadrant de thèse).
 
 

Résumé :

Longtemps considérées comme néfastes, les contraintes sont devenues un des moyens principaux pour améliorer les performances des dispositifs métal-oxyde-semiconducteur (MOS). En effet, les déformations générées augmentent sensiblement la mobilité des porteurs dans le silicium. C’est dans ce cadre que j’ai étudié, par holographie électronique en champ sombre (DFEH), les déformations cristallines engendrées par certaines étapes clés du procédé de fabrication de transistors planaires de dernière génération, totalement déplétés car réalisés sur des substrats silicium sur isolant (FD-SOI). La DFEH est une technique de microscopie électronique en transmission (TEM), récemment inventée au CEMES, qui permet de cartographier les déformations cristallines avec une résolution spatiale nanométrique et une précision de 10-4 sur des champs de vue micrométriques. J’ai mis au point et utilisé des modélisations par éléments finis afin de comprendre puis reproduire mes résultats expérimentaux et ainsi identifier les phénomènes mécaniques mis en jeu au cours de différentes étapes.

Après avoir prouvé que la DFEH est adaptée à la mesure des champs de déformation dans les structures MOS FDSOI (couche superficielle de Si désorientée vis-à-vis du substrat de référence), je me suis intéressé au procédé de conversion de films minces de Si en SiGe, par la méthode dite de "condensation de germanium". J’ai montré que cette technique permet d’obtenir des films minces de type SiGe (SGOI) pseudomorphes, de composition variable. Les déformations hors plan mesurées par DFEH mettent en évidence les deux mécanismes affectant la redistribution du Ge (diffusion et injection), dont l’importance relative dépend de la température à laquelle s’effectue le procédé. De plus, j’ai montré que ces films minces SGOI, initialement contraints, se relaxaient très fortement lors de leur gravure en vue de la fabrication de substrats co-intégrés SOI/SGOI. J’ai pu identifier que cet effet, initialement observé à partir de mesures électriques et connu sous le nom d’effet "SA/SB", ne pouvait être dû qu’à des caractéristiques mécaniques dégradées de l’interface SiGe/SiO2.

Je me suis ensuite intéressé à certaines des étapes clés de la fabrication du transistor suspectées de modifier l’état de déformation de la structure, telles que la fabrication de l’empilement de grille et des sources/drains ainsi que de la siliciuration nécessaire à la prise des contacts. J’ai pu expliquer en quoi et pourquoi ces étapes impactaient l’état final de déformation du canal du transistor et donc ses performances.

Par ailleurs, je montre comment et dans quelles limites la DFEH peut être utilisée pour mesurer des concentrations de dopants, en conservant une résolution nanométrique. J’ai particulièrement étudié le cas (favorable) du bore dans le silicium et, après couplage à des mesures électriques, j’ai ainsi pu calculer le coefficient reliant les déformations mesurées aux concentrations de bore en substitution.

Finalement, j’ai comparé et discuté des différences entre informations fournies par DFEH et par diffraction de rayons X haute résolution. Une annexe complète ce travail et discute des conditions optiques et d’utilisation optimales des sources à émission de champ Schottky équipant un TEM, notamment de la contribution des lobes d’émission latérale sur le degré de cohérence de la sonde.